Archives par mot-clé : Philippe DESPORTES

Ma nef passe au destroit d'une mer couroucée,
Toute comble d'oubly, l'hiver à la minuict ;
Un aveugle, un enfant, sans soucy la conduit,
Desireux de la voir sous les eaux renversée.

Elle a pour chaque rame une longue pensée
Coupant, au lieu de l'eau, l'espérance qui fuit ;
Les vents de mes soupirs, effroyables de bruit,
Ont arraché la voile à leur plaisir poussée.

De pleurs une grand'pluie, et l'humide nuage
Des dedains orageux, detendent le cordage ;
Retors des propres mains d'ignorance et d'erreur.

De mes astres luisants la flame est retirée,
L'art est vaincu du tens, du bruit et de l'horreur.
Las ! puis-je donc rien voir que ma perte asseurée ?

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 175 user reviews.

Ô Songe heureux et doux ! où fuis-tu si soudain,
Laissant à ton départ mon âme désolée ?
Ô douce vision, las ! où es-tu volée,
Me rendant de tristesse et d'angoisse si plein ?

Hélas ! Somme trompeur, que tu m'es inhumain !
Que n'as-tu plus longtemps, ma paupière sillée ?
Que n'avez-vous encore, ô vous, troupe étoilée,
Empêché le soleil de commencer son train ?

Ô Dieu ! permettez-moi que toujours je sommeille,
Si je puis recevoir une autre nuit pareille,
Sans qu'un triste réveil me débande les yeux.

Le proverbe dit vrai : Ce qui plus nous contente
Est suivi pas à pas d'un regret ennuyeux :
Et n'y a chose aucune en ce monde constante.

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 289 user reviews.

Durant les grand's chaleurs, j'ai vu cent mille fois
Qu'en voyant un éclair flamboyer en la nue,
Soudain comme transie et morte devenue,
Tu perdais tout à coup la parole et la voix.

De pouls ni de couleur tant soit peu tu n'avais,
Et bien que de l'effroi tu fusses revenue,
Si n'osais-tu pourtant dresser en haut la vue,
Voire, un long temps après, parler tu ne pouvais.

Donc si, quand un propos devant toi je commence,
Tu me vois en tremblant changer de contenance,
Demeurer sans esprit, pâle et tout hors de moi,

Ne t'en étonne point, belle et cruelle Dame,
C'est lorsque les éclairs de tes beaux yeux je vois,
Qui m'éblouissent tout de leur perçante flamme.

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 154 user reviews.

Enfin, l'Amour cruel à tel point m'a rangé
Que ma triste dépouille en cendre est convertie,
Et votre cruauté ne s'est onc amortie,
Que mon coeur par le feu n'ait été saccagé.

Au moins pour le loyer de m'avoir outragé,
Faites ainsi que fit la reine de Carie,
Non par amour comme elle, ains pleine de furie,
Buvez le peu de cendre en quoi je suis changé.

La soif de me tuer s'éteindra dans votre âme,
Et ma cendre qui couve une éternelle flamme,
Fera que vos glaçons se fondront tout soudain.

Mais ce qui plus rendrait ma douleur consolée,
Serait de me voir clos dans un tel mausolée !
Fut-il onc monument si beau que votre sein ?

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 170 user reviews.

Je crois que tout mon lit de chardons est semé !
Qu'il est rude et malfait. Hé ! Dieu suis-je si tendre
Que je n'y puis durer ? je ne fais que m'étendre,
Et ne sens point venir le Somme accoutumé.

Il est après mi-nuit, je n'ai pas l'oeil fermé,
Et mes membres lassés repos ne peuvent prendre.
Sus Phebus, lève-toi ! ne te fais plus attendre.
Et de tes clairs regards rends le ciel allumé.

Que la nuit m'importune, et m'est dure et contraire !
Mais pourtant c'est en vain, ô Phebus, que j'espère
D'avoir plus de clarté par ton nouveau retour :

Car je serai couvert d'une effroyable nue,
Tant qu'un plus beau soleil, qui me cache sa vue,
Vienne luire à Paris et m'apporte le jour.

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 225 user reviews.

Que vous m'allez tourmentant
De m'estimer infidèle !
Non, vous n'êtes point plus belle
Que je suis ferme et constant.

Pour bien voir quelle est ma foi,
Regardez-moi dans votre âme :
C'est comme j'en fais, Madame ;
Dans la mienne je vous vois.

Si vous pensez me changer,
Ce miroir me le rapporte ;
Voyez donc, de même sorte,
En vous, si je suis léger.

Pour vous, sans plus, je fus né,
Mon coeur n'en peut aimer d'autre :
Las ! si je ne suis plus vôtre,
A qui m'avez-vous donné ?

Average Rating: 4.6 out of 5 based on 241 user reviews.

Rosette, pour un peu d'absence,
Votre coeur vous avez changé,
Et moi, sachant cette inconstance,
Le mien autre part j'ai rangé :
Jamais plus, beauté si légère
Sur moi tant de pouvoir n'aura
Nous verrons, volage bergère,
Qui premier s'en repentira.

Tandis qu'en pleurs je me consume,
Maudissant cet éloignement,
Vous qui n'aimez que par coutume,
Caressiez un nouvel amant.
Jamais légère girouette
Au vent si tôt ne se vira :
Nous verrons, bergère Rosette.
Qui premier s'en repentira.

Où sont tant de promesses saintes,
Tant de pleurs versés en partant ?
Est-il vrai que ces tristes plaintes
Sortissent d'un coeur inconstant ?
Dieux ! que vous êtes mensongère !
Maudit soit qui plus vous croira !
Nous verrons, volage bergère,
Qui premier s'en repentira.

Celui qui a gagné ma place
Ne vous peut aimer tant que moi ;
Et celle que j'aime vous passe
De beauté, d'amour et de foi.
Gardez bien votre amitié neuve,
La mienne plus ne variera,
Et puis, nous verrons à l'épreuve
Qui premier s'en repentira.

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 208 user reviews.

Blessé d'une plaie inhumaine,
Loin de tout espoir de secours,
Je m'avance à ma mort prochaine,
Plus chargé d'ennuis que de jours.

Celle qui me brûle en sa glace,
Mon doux fiel, mon mal et mon bien,
Voyant ma mort peinte en ma face,
Feint hélas ! n'y connaître rien.

Comme un roc à l'onde marine
Elle est dure aux flots de mes pleurs :
Et clôt, de peur d'être bénine,
L'oreille au son de mes douleurs

D'autant qu'elle poursuit ma vie,
D'ennuis mon service payant,
Je la dirai mon ennemie,
Mais je l'adore en me hayant.

Las ! que ne me puis-je distraire,
Çonnaissant mon mal, de la voir ?
Ô ciel rigoureux et contraire !
C'est toi qui contrains mon vouloir,

Ainsi qu'au clair d'une chandelle
Le gai papillon voletant,
Va grillant le bout de son aile,
Et perd la vie en s'ébattant :

Ainsi le désir qui m'affole,
Trompé d'un rayon gracieux,
Fait hélas ! qu'aveugle je vole
Au feu meurtrier de vos beaux yeux.

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 225 user reviews.

Icare est chu ici, le jeune audacieux,
Qui pour voler au Ciel eut assez de courage :
Ici tomba son corps degarni de plumage,
Laissant tous braves coeurs de sa chute envieux.

Ô bienheureux travail d'un esprit glorieux,
Qui tire un si grand gain d'un si petit dommage !
Ô bienheureux malheur, plein de tant d'avantage
Qu'il rende le vaincu des ans victorieux !

Un chemin si nouveau n'étonna sa jeunesse,
Le pouvoir lui faillit, mais non la hardiesse ;
Il eut, pour le brûler, des astres le plus beau.

Il mourut poursuivant une haute aventure,
Le ciel fut son désir, la mer sa sépulture :
Est-il plus beau dessein, ou plus riche tombeau ?

Average Rating: 4.4 out of 5 based on 263 user reviews.

Que servirait nier chose si reconnue ?
Je l'avoue, il est vrai, mon amour diminue,
Non pour objet nouveau qui me donne la loi,
Mais c'est que vos façons sont trop froides pour moi.
Vous avez trop d'égard, de conseil de sagesse,
Mon humeur n'est pas propre à si tiède maîtresse.
Je suis impatient, aveugle et furieux.
Pour aimer comme moi, trop clairs sont vos beaux yeux.
Toute chose vous trouble et vous rend éperdue,
Une vaine rumeur sans sujet épandue,
Le regard d'un passant, le caquet d'un voisin,
Quelque parent de loin, un beau-frère, un cousin,
De mille étonnements laissent votre âme atteinte.
Vos femmes seulement vous font pâlir de crainte,
Et quand de mes travaux j'attends quelque loyer,
Le temps en ces frayeurs se voit tout employer !
D'une flèche trop mousse Amour vous a blessée,
Il faut à mes fureurs quelque amante insensée,
Qui mourant chacun jour me livre cent trépas,
Qui m'ôte la raison, le somme et le repas,
Qui craigne de me perdre, et qui me fasse craindre,
Qui toujours se complaigne, ou qui m'écoute plaindre,
Qui se jette aux dangers et qui m'y jette aussi,
Qui transisse en l'absence, et que j'en sois ainsi,
Qui m'occupe du tout, que tout je la retienne,
Et qu'un même penser notre esprit entretienne :
Voilà les passetemps que je cherche en aimant,
J'aime mieux n'aimer point que d'aimer tièdement…

Average Rating: 4.4 out of 5 based on 166 user reviews.