Archives par mot-clé : Philippe DESPORTES

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Nuict, mere des soucis, cruelle aux affligez

Nuict, mere des soucis, cruelle aux affligez,
Qui fait que la douleur plus poignante est sentie,
Pource que l'ame alors n'estant point divertie,
Se donne toute en proie aux pensers enragez.

Autre-fois mes travaux tu rendois soulagez,
Et ma jeune fureur sous ton ombre amortie ;
Mais, hélas ! ta faveur s'est de moy departie,
Je sens tous tes pavots en espines changez.

Je ne sçay plus que c'est du repos que tu donnes ;
La douleur et l'ennuy de cent pointes felonnes
M'ouvrent l'ame et les yeux, en ruisseaux transformez.

Apporte, ô douce nuict ! un sommeil à ma vie,
Qui de fers si pesans pour jamais la deslie
Et d'un voile éternel mes yeux tienne fermez.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Si la vierge Erigone, Andromède, et Cythère

Si la vierge Erigone, Andromède, et Cythère,
Astres pleins d'amitié, bénins et gracieux,
Font le ciel plus aimable, et l'embellissent mieux
Que le noir Scorpion, l'Hydre et le Sagittaire,

Pourquoi ne changez-vous ce courage adversaire ?
Pourquoi ne sont plus doux vos propos et vos yeux ?
Pourquoi vous adorant m'êtes-vous si contraire ?
Pourquoi me rendez-vous malade et furieux ?

Quand vous m'aurez tué pour vous avoir aimée,
Vous serez par les dieux en astre transformée,
Haineux, rouge de sang, d'orgueil et de fureur,

Et tous ceux qui sauront ma mort non méritée
Diront en vous voyant : ô flambeau plein d'horreur !
Toujours des vrais amants soit ta flamme écartée !

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Éloignant vos beautés, je vous laisse en ma place

Éloignant vos beautés, je vous laisse en ma place
Mon coeur qui, comme moi, point ne vous laissera.
Plus tôt d'un trait doré Vénus vous blessera,
Plus tôt de vos rigueurs s'amollira la glace !

Ne vous attendez pas qu'aucun malheur le chasse,
Car, auprès de vos yeux, rien ne l'offensera,
Vu que, même en brûlant, assez fier il sera
Qu'autre feu que du ciel n'ait puni son audace.

Traitez-le bien ou mal, je n'en serai touché,
Car pour dire le vrai, c'est un coeur débauché,
Que le plaisir des sens journellement enivre.

Quand je veux l'étonner d'un mauvais traitement,
Il me répond, hélas trop véritablement !
Que quiconque vous laisse est indigne de vivre.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Si la foi plus certaine en une âme non feinte

Si la foi plus certaine en une âme non feinte,
Un honnête désir, un doux languissement,
Une erreur variable et sentir vivement,
Avec peur d'en guérir, une profonde atteinte ;

Si voir une pensée au front toute dépeinte,
Une voix empêchée, un morne étonnement,
De honte ou de frayeur naissant soudainement,
Une pâle couleur de lis et d'amour teinte :

Bref, si se mépriser pour une autre adorer,
Si verser mille pleurs, si toujours soupirer,
Faisant de sa douleur nourriture et breuvage,

Si de loin se voir flamme, et de près tout transi,
Sont cause que je meurs par défaut de merci,
L'offense en est sur vous, et sur moi le dommage.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Un ivoire vivant, une neige animée

Un ivoire vivant, une neige animée,
Fait que mon oeil ravi ne s'en peut retirer.
Ô main victorieuse, apprise à bien tirer,
Que tu m'as de beaux traits la poitrine entamée !

Aux célestes beautés mon âme accoutumée
Ne trouve objet que toi qui la puisse attirer,
Et croit qu'elle te peut sans offense adorer,
Tant elle est de ta glace à toute heure enflammée.

Le jour dont si souvent j'aime à me souvenir,
Jour qu'il te plut mes yeux et mon coeur retenir,
Et de leur servitude embellir la victoire,

Tu rompis tant de noeuds qui m'avaient su lier,
Et me faisant dès lors toute chose oublier,
Tu fus mon seul penser, mon âme et ma mémoire.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Vous n'aimez rien que vous, de vous-même maîtresse

Vous n'aimez rien que vous, de vous-même maîtresse,
Toute perfection en vous seule admirant,
En vous votre désir commence et va mourant,
Et l'amour seulement pour vous-même vous blesse.

Franche et libre de soin, votre belle jeunesse
D'un oeil cruel et beau mainte flamme tirant,
Brûle cent mille esprits qui votre aide implorant
N'éprouvent que fierté, mépris, haine et rudesse.

De n'aimer que vous-même est en votre pouvoir,
Mais il n'est pas en vous de m'empêcher d'avoir
Votre image en l'esprit, l'aimer d'amour extrême ;

Or l'Amour me rend vôtre, et si vous ne m'aimez,
Puisque je suis à vous, à tort vous présumez,
Orgueilleuse beauté, de vous aimer vous-même.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir

Le tens leger s'enfuit sans m'en apercevoir,
Quand celle à qui je suis mes angoisses console :
Il n'est vieil, n'y boiteux, c'est un enfant qui vole,
Au moins quand quelque bien vient mon mal deçevoir.

À peine ai-je loisir seulement de la voir
Et de ravir mon ame en sa douce parole,
Que la nuict à grands pas se haste et me la volle,
M'ostant toute clarte, toute ame et tout pouvoir.

Bien-heureux quatre jours, mais quatre heures soudaines ?
Que n'avez-vous duré pour le bien de mes paines ?
Et pourquoy vostre cours s'est-il tant avancé ?

Plus la joie est extrême et plus elle est fuitive ;
Mais j'en garde pourtant la memoire si vive,
Que mon plaisir perdu n'est pas du tout passé.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Las! que me sert de voir ces belles plaines

Las ! que me sert de voir ces belles plaines,
Pleines de fruits, d'arbrisseaux et de fleurs ;
De voir ces prés bigarrés de couleurs,
Et l'argent vif des bruyantes fontaines ?

C'est autant d'eau pour reverdir mes peines,
D'huile à ma braise, à mes larmes d'humeurs,
Ne voyant point celle pour qui je meurs,
Cent fois le jour, de cent morts inhumaines.

Lasl que me sert d'être loin de ses yeux
Pour mon salut, si je porte en tous lieux
De ses regards les sagettes meurtrières ?

Autre penser dans mon coeur ne se tient :
Comme celui qui la fièvre soutient,
Songe toujours des eaux et des rivières.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Quand je pouvais me plaindre en l'amoureux tourment

Quand je pouvais me plaindre en l'amoureux tourment,
Donnant air à la flamme en ma poitrine enclose,
Je vivais trop heureux ; las ! maintenant je n'ose
Alléger ma douleur d'un soupir seulement.

C'est me poursuivre, Amour, trop rigoureusement !
J'aime, et je suis contraint de feindre une autre chose,
Au fort de mes travaux je dis que je repose,
Et montre en mes ennuis un vrai contentement.

Ô supplice muet, que ta force est terrible !
Mais je me plains à tort de ma gêne invisible,
Vu qu'un si beau désir fait naître mes douleurs.

Puis j'ai ce réconfort en mon cruel martyre
Que j'écris toute nuit ce que je n'ose dire,
Et quand l'encre me faut je me sers de mes pleurs.

Philippe DESPORTES (1546-1606) : Je ressemble en aimant au valeureux Persée

Je ressemble en aimant au valeureux Persée
Que sa belle entreprise a fait si glorieux,
Ayant d'un vol nouveau pris la route des dieux,
Et sur tous les mortels sa poursuite haussée.

Emporté tout ainsi de ma haute pensée
Je vole aventureux aux soleils de vos yeux,
Et vois mille beautés qui m'élèvent aux cieux
Et me font oublier toute peine passée.

Mais, hélas ! je n'ai pas le bouclier renommé
Dont contre tous périls Vulcain l'avait armé,
Par lequel sans danger il put voir la Gorgone.

Au contraire à l'instant que je m'ose approcher
De ma belle Méduse inhumaine et félonne,
Un trait de ses regards me transforme en rocher.