SI TU M’AIMES

Dès lors où je t’ai vue
Mon corps s’est arrêté,
Mon coeur ne tenait plus,
Ma vie s’en est allée.
Je te voyais déjà
Blottie entre mes bras,
Abordons donc le thème:
Dis-le moi si tu m’aimes.

Lorsque l’on est ensemble,
On est comme reine et roi.
C’est pour ça que l’on tremble,
Comme si l’on avait froid.
On dirait deux enfants
Qui se prennent pour des grands,
Unis comme un tandem,
Reste là si tu m’aimes.

J’ai du mal à dormir
Mon esprit est en toi.
Mais c’est bon de souffrir
Quand la cause est celle-là.
Alors quand j’y repense
Je me retrouve en transe;
Avant que je m’enferme,
Cries-le moi si tu m’aimes.

Ce qui serait génial
Serait de vivre ensemble
Dans un vaisseau spatial
Loin du monde il me semble.
Tu crois que je divague,
Mais si je t’offre une bague,
Tu n’auras plus la flemme
De me dire que tu m’aimes.

On pourra sanctifier
Avec de la vodka,
Ces heures glorifiées,
Ces moments délicats.
On criera: Oh Eros !
C’est comme le tétanos,
Ça n’est plus un blasphème
Si tu me dis je t’aime.

Tout en proliférant
On est las tous les deux,
Incroyables et pourtant
Emus et amoureux.
Tendresse incomparable,
Mystères inexplicables,
Oins-toi de ce poème
Inculquant que je t’aime.

2 réflexions au sujet de « SI TU M’AIMES »

  1. Bonjour,

    Je voulais juste vous prévenir que je lirais ce poème mercredi 6 juin à 20h à la soirée poésie organisée en Salle Jean Dame (17 rue Léopold Bellan 75002 Paris).

    Vous êtes le bienvenu !
    BLC

  2. Bonsoir,

    Je vous remercie pour cet honneur qui me touche, mais ne pourrai probablement pas me joindre à vous…
    Bonne lecture… 🙂
    William.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *