Marc de PAPILLON DE LASPHRISE (1555-1599) : Ton poil, ton oeil, ta main, crêpé, astré, polie

Ton poil, ton oeil, ta main, crêpé, astré, polie,
Si blond, si bluettant, si blanche, alme beauté,
Noue, ard, touche mes ans, mes sens, ma liberté,
Les plus chers, les plus prompts, la plus parfaite amie.

Mais ce noeud, mais ce feu, mais ce trait gâte-vie,
Qui m'enlace, m'enflamme, et me navre arrêté,
Étreint, encendre, occis, avecque cruauté,
Quel cheveu, quel flambeau, quelle dextre ennemie ?

Phébus, Cypris, l'Aurore, ange du plaisant jour,
Ton poète, ta mère, et ta cousine amour,
Porte-crins, porte-rais, porte-doigts agréables,

Puisses-tu donc, beau poil, bel oeil, et belle main,
Lier, brûler, blesser, mon coeur, mon corps, mon sein,
De cordelles, d'ardeurs, de plaies amiables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *