Archives de catégorie : A

J'ai vu dans la lune
Trois petits lapins
Qui mangeaient des prunes
Comm' des p'tits coquins
La pipe à la bouche le verre à la main
En disant : " Mesdames,
Versez-nous du vin,
Tout plein. "

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 270 user reviews.

De ta tige détachée,
Pauvre feuille desséchée,
Où vas-tu ? – Je n'en sais rien.
L'orage a brisé le chêne
Qui seul était mon soutien.
De son inconstante haleine
Le zéphyr ou l'aquilon
Depuis ce jour me promène
De la forêt à la plaine,
De la montagne au vallon.
Je vais ou le vent me mène,
Sans me plaindre ou m'effrayer :
Je vais où va toute chose,
Où va la feuille de rose
Et la feuille de laurier.

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 194 user reviews.

Une souris verte
Qui courait dans l'herbe
Je l'attrape par la queue
Je la montre à ces messieurs
Ces messieurs me disent
Trempez-la dans l'huile
Trempez-la dans l'eau
Ça deviendra un escargot
Tout chaud
Je la mets dans mon mouchoir
Elle dit qu'il fait trop noir
Je la mets dans mon chapeau
Elle dit qu'il fait trop chaud
Je la mets dans ma culotte
Elle y fait trois petites crottes.

Average Rating: 4.9 out of 5 based on 173 user reviews.

Dans des vers immortels que vous savez sans doute,
Dante acceptant d'un prince et le toit et l'appui,
Des chagrins de l'exil abreuvé goutte à goutte,
Nous a montré son coeur tout plein d'un sombre ennui ;
Et combien est amer, pour celui qui le goûte,
Le pain de l'étranger, et tout ce qu'il en coûte
De monter et descendre à l'escalier d'autrui…
Moi, qui ne le vaux pas, j'ai trouvé mieux que lui.
Ici, malgré ces vers de funèbre présage,
J'ai trouvé le pain bon, et meilleur le visage,
Et l'opulent bien-être et les plaisirs permis.
C'est que Dante, égaré dans des sphères trop hautes,
Avait un protecteur, et que moi j'ai des hôtes ;
C'est qu'il avait un maître et que j'ai des amis.

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 196 user reviews.

Une poule sur un mur
Qui picote du pain dur
Picoti picota
Lève la queue
Et puis s'en va.

Average Rating: 4.4 out of 5 based on 155 user reviews.

[] Qu'est-ce donc de la vie où l'homme se plaît tant ?
Ce n'est , qu'une fumée ou qu'un ombre inconstant,
Une frêle vapeur, à l'instant consumée,
Un songe fabuleux, qui passe en un moment.
Quel fol est donc celui qui chérit tellement
Un songe, une vapeur, un ombre, une fumée ?

Mais qu'est-ce de la mort, que tout le monde craint,
Sinon le seul remède au mal qui nous étreint,
La retraite assurée après notre défaite,
Le port où nous cinglons, la paix de nos débats ?
Que malheureux est donc celui qui n'aime pas
Son remède, son port, sa paix et sa retraite.

La vie nous ourdit mille trames de maux,
La mort tranche le fil de nos fâcheux travaux,
La vie la plus juste est de vice suivie,
La mort brave l'effort du péché qui nous mord,
La vie est un passage à la première mort,
La mort est un passage à la seconde vie.

Qu'est-ce encor de ce corps que tant nous chérissons,
Sinon l'orde prison où trop nous languissons,
Le forçat impiteux qui nous met en la chaîne ?
C'est la géhenne pénible où l'âme vient souffrir,
C'est son propre bourreau : hé ! qui pourrait chérir
Son bourreau, son forçat, sa prison et sa géhenne ?

Ce corps n'est qu'un égout de la corruption,
Un cloaque rempli de toute infection,
C'est un relant fumier où le vice s'engendre,
Une poudre, une cendre, un sépulcre moisi.
Bref, j'appelle à bon droit ce corps qu'on flatte ainsi
Cloaque, égout, fumier, sépulcre, poudre et cendre.

Mais l'âme est au contraire un beau ciel de clarté,
Un céleste rayon de la divinité,
L'épouse de son Dieu, son amante gentille,
Sa fille et son amour. Ô coupable pécheur,
Comment oses-tu donc souiller de ton Sauveur
L'âme, l'amour, l'amante, et l'épouse et la fille ?

Aussi l'âme est vraiment l'image de son Dieu,
Comme il est tout en tout, et tout en chaque lieu,
Notre âme est toute au corps, et toute à ses parties,
Si Dieu meut le grand monde, elle meut le petit,
Si Dieu est un en trois, l'âme nous impartit
Trois distinctes vertus en une essence unies.

Mais l'âme est différente à son Dieu très parfait,
Autant que de la cause est différent l'effet,
Autant que le ruisseau de sa source diffère,
La créature encor d'avec son créateur,
L'image du sujet, l'oeuvre de son auteur,
La ligne de son centre, et le point de sa sphère.

Ô le riche joyau que l'âme du chrétien,
Qui regarde toujours vers son souverain bien,
Comme un cadran de mer est tourné vers son pôle,
Qui laisse aux morts le soin et le souci des morts,
Et gaillarde secoue en la mort de son corps
Les fers de son servage, et dans le ciel s'envole !

Vole doncques, belle âme, objet de nos clameurs,
Moissonne dans le ciel le fruit de tes labeurs,
Nage à plein dans les eaux de la grâce infinie,
Heureuse de changer la terre pour le ciel,
Le travail au repos, l'absinthe pour le miel,
La guerre pour la paix, et la mort pour la vie.

Je te vois, ce me semble, aujourd'hui caresser
Des astres et des cieux, les anges t'embrasser
Et chanter avec toi du Sauveur les louanges.
Ô comble des plaisirs ! Ah ! je te prie, dis-moi,
Quelle chose te manque, ayant avecque toi
Dieu, les astres, les cieux, les âmes et les anges ?

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 270 user reviews.

Do do l'enfant do
L'enfant dormira tantôt
Une poule blanche
Est là dans la grange
Qui va faire un petit coco
Pour l'enfant qui va fair' dodo
Do do dormez poulette
Do do dormez poulot.

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 154 user reviews.

Papivole
Vole vole
S'il faut chaud
Vole en haut
S'il fait froué
Va te cacher.

Average Rating: 4.6 out of 5 based on 288 user reviews.

L'école était charmante au temps des hannetons,
Quand, par la vitre ouverte aux brises printanières,
Pénétraient, nous parlant d'écoles buissonnières
Et mettant la folie en nos jeunes cerveaux,
Des cris d'oiseaux dans les senteurs des foins nouveaux ;
Alors, pour laid qu'il fût, certes ! il savait nous plaire
Notre cher mobilier si pauvrement scolaire.
A grands coups de canif, travaillant au travers
Du vieux bois poussiéreux et tout rongé des vers,
Nous creusions en tous sens des cavernes suspectes,
Où logeaient, surveillés par nous, des tas d'insectes :
Le noir rhinocéros, qui porte des fardeaux,
Le taupin, clown doué d'un ressort dans le dos,
Le lucane sournois, mais aimable du reste,
Le charançon, vêtu d'or vert, et le bupreste…
J'oubliais l'hydrophile avec le gribouri.

Average Rating: 4.9 out of 5 based on 184 user reviews.

Une petite souris passait par là
Et sa queue traînait par ci
Celui-là l'attrape
Celui-là la plume
Celui-là la fait cuire
Celui-là mange tout
Le petit n'a rien du tout
Le petit n'a rien du tout
Liche le plat mon petit
Liche le plat.

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 262 user reviews.